2 ans après Caterpillar et 1 an après le début de CATCH, quelles avancées pour Charleroi ?

Le 10 novembre 2016, un Groupe d’Experts sous la présidence de Jean-Pierre Hansen a été mandaté par le Gouvernement Wallon pour définir des axes d’accélération de la croissance de l’emploi dans la Région de Charleroi au départ du Plateau Nord de Gosselies. Ce travail est l’une des réponses du Gouvernement Wallon et des Forces Vives de Charleroi suite à l’annonce de l’intention de Caterpillar de fermer son site de production de Gosselies. Il résulte de ce travail un plan d’accélération baptisé « Catalysts for Charleroi » – CATCH en abrégé (www.catch-charleroi.be).

La mise en œuvre du plan CATCH repose sur une équipe dédiée (la ‘Delivery Unit’) qui assure pendant une durée de 3 ans que les différents chantiers soient effectivement mis sur les rails. Cette équipe collabore de près avec les membres du Cabinet du Ministre de l’Economie ainsi qu’avec l’ensemble des acteurs publics et privés qui travaillent sur l’enjeu du développement économique carolo.

Au cours de cette première année d’action, la Delivery Unit, avec l’ensemble de ses partenaires, a initié ses travaux dans les quatre secteurs visés par le plan CATCH dans le but de créer 6000 à 8000 emplois directs d’ici 2025. Certaines premières réalisations ont déjà vu le jour grâce au soutien fort du Gouvernement Wallon et/ou des partenaires locaux. Dans un souci de transparence inhérent à la méthodologie de travail voulue par CATCH, la Delivery Unit présente l’état des lieux des travaux en cours et des premières réalisations dans les 4 axes sectoriels. Un rapport complet est disponible et en ligne.

Après un an d’activités, le travail est engagé sur les quatre axes sectoriels identifiés dans le plan CATCH. Certaines réussites sont déjà visibles (notamment sur le numérique, l’innovation ou la formation) dans le cadre d’une véritable dynamique collective. Conformément au planning initialement établi, d’autres chantiers ont été engagés mais doivent encore être finalisés. Ces derniers seront l’objet de toute l’attention et des efforts de l’équipe pendant la seconde année.

 

Dans l’industrie manufacturière de pointe (‘Advanced Manufacturing’), la reconversion du site de Caterpillar Gosselies a été enclenchée via la promotion stratégique du site ‘European Industrial Park Brussels South Charleroi (www.europeanindustrialpark.com) en partenariat avec l’AWEX, la SOGEPA et l’intercommunale IGRETEC. Comme éventé régulièrement dans la presse, ces efforts ont permis d’entamer les discussions avec plusieurs repreneurs, notamment actifs dans l’industrie automobile en Chine. Dans l’éventualité où ces discussions ne devaient pas aboutir, le plan Sowafinal 3 a été validé par le gouvernement pour permettre un réaménagement plus profond du site. À proximité immédiate, le projet d’installation d’un démonstrateur Industrie 4.0 sur le site Technocampus sera mis en place en 2019 et permettra de dynamiser l’innovation des acteurs technologiques en place. En parallèle, plusieurs dispositifs de formation ont été renforcés pour supporter la création d’emplois dans des niches industrielles à haut potentiel de croissance. Par exemple, plusieurs nouvelles formations ont été proposées par le WAN en maintenance dans aviation militaire et civile, en mécanique d’aéronef et en pilotage et maintenance de drones. En partenariat avec les cellules de reconversion du FOREM, ces formations ont systématiquement été proposées en priorité aux anciens travailleurs de Caterpillar.

 

Dans le secteur des transports et de la logistique (‘Airport & Logistics’), la Delivery Unit CATCH apporte un soutien dans l’élaboration et l’exécution de la stratégie de croissance à long terme de BSCA. L’accueil des activités Air Belgium avec ses longs courriers vers l’Asie et la création à terme de 600 emplois directs et indirects sur les prochaines années est la preuve de la pertinence de cette stratégie et une première réalisation concrète en ce sens. Plusieurs projets soutenus par le Gouvernement permettent aussi de supporter la stratégie de long-terme de BSCA, notamment l’octroi d’enveloppes budgétaires du Plan Wallon d’Investissements (80 millions d’euros) pour renforcer la sécurité et faciliter l’accès à l’aéroport. L’enquête publique pour l’allongement de la piste de décollage de BSCA vient au d’être clôturée et est actuellement en attente de l’obtention de permis. Ces développements devraient permettre la création de 1500 emplois directs et indirects d’ici 2025.

 

Dans le secteur santé et biotech (‘Health & Biotech’), le plan ‘CATCH’ vise à pérenniser et à accélérer la dynamique en cours au sein du Biopark à Gosselies en collaboration avec Igretec et la Région Wallonne. À ce titre, plusieurs levées de fond ont été effectuées par les entreprises du Biopark de Gosselies en 2018 (pour un montant global de plus de 100 millions d’euros) et 3 nouvelles arrivées sont à saluer, pour un total de 25 millions d’euros d’investissements. Afin de soutenir la croissance à long terme de l’écosystème, le Plan Wallon d’Investissements a validé l’allocation d’un budget régional de 35 millions € pour la construction d’un nouveau bâtiment biotech qui permettra de doubler la capacité d’accueil du Biopark et le nombre d’emplois. Le projet phare e-santé prévu dans le plan CATCH s’est quant-à-lui vu matérialisé en 2018 grâce à la mise en place de l’INAH (Institute of Analytics for Health) en collaboration avec le Réseau de Santé Wallon, le CETIC et l’Agence du Numérique. L’INAH est un outil d’analyse de données médicales basé sur le Réseau de Santé Wallon dans le but de permettre l’utilisation éthique et sécurisée des informations de santé pour la recherche académique et appliquée. Il s’agit d’un projet radicalement innovant qui vise à positionner Charleroi et la Wallonie à la pointe en matière de recherche appliquée dans le ‘big data’ médical et dont la première phase pilote a été entérinée et financée par le Conseil des Ministres en juillet dernier.

 

Enfin, plusieurs projets ont également démarré dans le secteur numérique (‘Digital & Creative’), avec l’accueil de nouvelles formations de codage innovantes comme BeCode ainsi que des ateliers d’initiations (Coding Club et Crack du Code) en partenariat avec Epitech ou encore l’Ecole19 de Bruxelles. Au vu du succès rencontré par ces initiatives, le gouvernement wallon a d’ailleurs décidé de financer le doublement des classes de BeCode à partir de septembre 2018. Ces dispositifs de formation viennent renforcer l’écosystème digital naissant à Charleroi, qui a notamment vu l’installation d’un workspace de près de 1000m2 cette année sur les quais de Sambre (Co.Station) et compte déjà plusieurs start-ups digitales prometteuses parmi ses premiers occupants (Reed, TopDesk et Tafsquare). La Delivery Unit s’efforce en outre d’accompagner les entreprises dans leur transformation digitale ; elle a notamment co-organisé un événement avec Google et La Ville de Charleroi en Novembre 2017 (Atelier Digital Google), qui a rassemblé pas moins de 900 personnes à Charleroi.

Des débuts en ligne avec les ambitions prévues

La mise en oeuvre s’annonce en phase avec les ambitions initialement prévues par le plan CATCH, c’est-à-dire la création de 6 000 à 8 000 emplois dans les secteurs visés d’ici à 2025. Au-delà des projets, le plan CATCH vise à fédérer les forces vives et à agir collectivement sur les leviers du redéploiement économique de Charleroi.

 

SPREAD THE WORD!
Facebook
LinkedIn
Instagram

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut