Maud Samaha : « Je ne suis pas carolo pourtant j’❤ Charleroi »

Maud Samaha est originaire de Gondregnies, un petit village perdu entre Mons et Tournai. Après avoir été diplômée en communication visuelle et publicité à Mons, elle décroche ses stages à Bruxelles qui l’ont conduite vers son premier travail en tant que directrice artistique. C’est donc tout naturellement qu’elle décide de rester vivre à la capitale. Actuellement, Maud est directrice artistique chez Tramway21. Depuis peu, elle s’est installée dans le centre-ville de Charleroi car la région répondait à ses attentes pour démarrer un nouvelle vie. Aujourd’hui, elle se prête au jeu et nous explique pourquoi elle ❤ Charleroi, même si elle n’est pas carolo.

Qu’est-ce qui vous a amenée à Charleroi ? 

Nous venons d’emménager mon compagnon et moi à Marcinelle dans une grande maison que nous avons acheté. Nous habitions Schaerbeek à la base, quand nous avons commencé à regarder les offres d’achat de biens immobiliers à Bruxelles, mais nous avons vite constaté que rien n’était ni dans notre budget, ni dans l’idée que nous nous faisions de « LA maison idéale ».

Dans une dynamique de changement, nous avons alors commencé à regarder ce qui existait à Charleroi, mon compagnon étant originaire de la région. Dès notre toute première visite, nous sommes tombés amoureux de la maison dans laquelle nous vivons actuellement ! Mais ce n’est pas la seule raison. J’avais besoin de quitter mon quotidien Bruxellois qui ne me correspondait plus vraiment pour pouvoir vivre autre chose. Charleroi m’a semblé être la ville idéale pour concrétiser tout cela.

Aviez-vous des préjugés sur la ville ? Quels étaient-ils ? Et en quoi ont-ils ou non changé ?

Au contraire, avant même d’envisager de venir vivre dans la région, je venais régulièrement pour assister à des concerts, des expositions ou des workshops, essentiellement organisés par Le Vecteur, ou encore le Panorama Festival. Toutes ces choses étaient à chaque fois non seulement intéressantes, mais aussi assez différentes de ce que Bruxelles peut offrir.

Charleroi a toujours été pour moi une destination « aventure » et « loisirs ». J’y ai rencontré des personnes incroyables à chaque évènement, qui ont justement été un moteur pour me décider à changer de ville.

Selon vous, quelles sont les grandes qualités des carolos ? 

Les Carolos sont ouverts, sympathiques et bienveillants. Je viens d’avoir un accident de scooter et j’ai été hospitalisée à l’hôpital Notre Dame. Le personnel médical a été vraiment incroyable : à l’écoute et soucieux de me fournir les meilleurs solutions possibles pour permettre de me remettre sur pieds. C’est une expérience humaine que je n’avais jamais vécu auparavant. Les personnes des petits commerces avoisinants ma maison sont extrêmement gentilles également. On se dit bonjour, on se salue entre voisins dans la rue et tout cela est très naturel. Je n’avais jamais bénéficié de ce genre d’échanges à Bruxelles.

Si vous deviez décrire Charleroi en un mot, quel serait-il et pourquoi ? 

Je dirais « HUMAINE ». C’est ce qui m’a motivée à venir me poser ici, vivre dans une ville à taille humaine, sans avoir l’impression de n’exister qu’à moitié, de courir non-stop après tout et n’importe quoi, comme j’avais l’impression de le faire auparavant à Bruxelles.

Quels sont vos 3 QG à Charleroi ? 

Mon premier QG est la maison de Nicolas BELAYEV et Corinne CLARYSSE, voisins et amis, chez qui nous allons travailler (ils ont un atelier de sérigraphie et de risographie), partager un repas, s’échanger nos bons plans, etc. Bref. On est toujours l’un chez l’autre !

Mon deuxième QG est le Vecteur dans lequel je passe la plupart de mes soirées. Je suis également bénévole-bibliothécaire au Rayon (la bibliothèque du Vecteur) ce qui me permet d’être au coeur de la ville et des activités liées au centre culturel.

Mon (au plutôt mes) QG numéro 3 sont le Quai10 et le Pain Quotidien car ils arrivent ex-aequo ! Le Quai10 pour son cinéma et le Pain Quotidien pour les petits-déjeuners entre amis du dimanche matin ou les goûters avant les permanences au Rayon.

J’ai un quatrième QG pour l’instant : le centre de revalidation Reine Fabiola, pour son service et son expertise qui m’aide énormément en ce moment.

Vous sentez-vous carolo, si oui, de quelle manière ? 

Difficile encore à dire maintenant, cela ne fait que 6 mois que je me suis posée ici, mais c’est un sentiment que j’aimerais ressentir dans le futur, quand j’aurai pris mes marques et que je travaillerai dans les environs de façon permanente. D’ailleurs j’aimerais beaucoup pouvoir devenir actrice de ce renouveau carolo et participer à l’essor de Charleroi !

SPREAD THE WORD!
Facebook
LinkedIn
Instagram

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut